Accueil »  2010-10 Polynésie Française 

 Polynésie : Perliculture à Kamoka

31 octobre 2010 7 commentaires

Depuis mon retour de Ahé je subit le symdrôme de la pages blanche. Le problème n’est pas de trouver quoi raconter mais comment raconter les 3 semaines et demi écoulées. Alors pourquoi ne pas commmencer par le début, donc l’arrivé au dessus de l’atoll de Ahé.
A 1h15 d’avion de Tahiti, Ahé est un atoll des Tuamotu parmi les plus isolés de Polynésie. L’atoll composé de 108 motus fait 23,5 km de long et 12,2 km à son point le plus large. Là-bas une ou deux pensions, le petit village de Kenukupara et des fermes perlières dont celle de Kamoka où j’ai séjourné.
La large et profonde passe permet un renouvellement important des eaux assurant le renouvellement de l’eau du lagon le rendant propice à la perliculture.

En approchant de Ahé, j’ai par chance photographié le motu de Kamoka avec la ferme et les Bungalows. Donc voici la vie aérienne du petit bout de terre pour mon séjour

Le bungalow dans lequel je loge est face à l’océan, plein ouest… Autant vous dire que la tradition apéros coucher de soleil a bien été respecté. D’autant que jamais la mission d’importer du Coca Australien pour accompagné le Rhum des Lapinous

après la séparation Indonésienne, je retrouve les Lapinous sont arrivés il y a quelques semaines… Et bien ça fait bien plaisir de retrouver des têtes connus. En plus ça a été l’occasion de bien se marrer ;).

Le lieu de vie commun est la ferme.

Elle est construite sur une patate de corail à quelques dizaines de mètres du motus et on y accède par un ponton un peu branlant… Le retour après un apéro est quelques fois un peu accrobatique.

Et comme je me trouve dans une ferme d’huitre perlière, j’ai découvert et participer à la vie de la ferme côté production. Il est temps d’enfiler la tenu réglémentaire de travail

Maintenant, je suis prêt pour commencer la campagne de récolte des perles qui a lieu tout les 3 ou 4 mois.

Il est 6h30 et la journée de travail commence par plonger sur les lignes

et de monter les panier de nacres dans le camion

A défaut de route les barges on hérité du titre de « Camion ».

Ensuite les paniers sont remis à l’eau sous la ferme et confier à l’équipe de nettoyage

L’équipe

elle réalise un pré-lavage des paniers

et pour assurer l’équilibre de tout ça, il y a aussi l’équipe de nettoyeurs

les Mauri, se sont de vrai trouillard. Dès l’immersion d’un homme, ils prennent la fuite… Bien qu’une fois l’un d’eux s’est montré bien curieux lors d’une sortie hors du lagon… mais s’est une autre histoire.
Une fois le nettoyage naturel effectué s’est au tour des mains de la ferme de prendre le relais. Entre woofer et travailleur il y a plein de tâche à effectuer. D’une manière général, tout le monde est capable de faire tout. Seul le poste de greffeur nécessitant des compétences bien spécifique est réservé ici à Timi. Le greffeur de Kamoka.

La production de perle n’est pas un processus naturel. Il faut insérer une petit bille de nacre (nucléus) dans une poche de l’huître en faisant une incision la plus propre possible afin de traumatiser au minimum la bête. C’est une une opération de chirurgie si bien le métier nécessite une longue pratique avant d’être bon et reconnu.

Mais avant d’atterir sur le poste de greffe, la nacre est extraire des paniers et gratter au « chop-chop » pour retirer toute les éponges et algues s’étant accrochées pendant son séjour sous l’eau

Ensuite chaque nacres est entrouverte afin que Timi puisse voir si la perle mérite d’être récolter. Si oui la perle est extraite et un nouveau nucléus de la taille de la perle récolté est regreffé. On appèle ça la surgreffe. Après elle repart dans un panier pour 18 mois d’immertion en espérant récolté une nouvelle joli perle plus grosse…

Une nacre peut produire jusqu’à 3 perles exceptionnellement 4…

Si la perles n’est pas joli la nacre et sacrifier et les woofer s’occupent de son sort.

Sur une nacre bonne pour le rebut, on sort évidement la perle, le Corori (le muscle de l’huitre) qui finira dans un repas de la ferme ou partira en bateau à Tahiti pour être vendu sur la marché et enfin la nacre est rincé et trié par taille pour être recyclé en nucléus, boutons ou tout autre objet en nacre.

Dans une journée, il y environ une cinquantaine de panier d’environ 25 nacres de traiter dans la journée. Je vous laisse faire le calcul mais ça fait un bon paquet de perle à la fin de la journée

Et parfois certaines perles d’exception sortent du lot

La journée de travail s’achève vers 15h30 et chacun vagues à ses occupations favorite dans la limite de ce que peu offrir un motus. Personnellement de pouvoir plongé dans et à l’extérieur du lagon me comble de bonheur.
Avant de partir pour se voyage, je n’avais jamais croiser de requin sous l’eau avant d’arriver à Ahé j’avais résolu se problème à plusieurs reprise. Depuis Ahé j’ai été beaucoup plus loin dans les faces à faces.
Par exemple en Malaisie on m’avait dit : « si tu roule une bouteille plastique à motié vide ça attire les prédateurs ». J’ai demandé à Heiarii qui a confirmé que les Raira (requin gris) étaient attirés. Evidemment avec Nico, il a fallut essayer. Et après quelques tatonnement dans la manière de rouler la bouteille, je confirme ça marche et ces DANGEUREUX (je n’encourage pas à essayer bien au contraire). A l’occasion de cette expérience, j’ai eu ma première frayeur sous-marine en voyant un raira débouler sur moi la gueule ouverte.

A trois reprise, ils sont montés de bleu à la recherche d’une proie. Le bruit produit par la bouteille ressemblant à un poisson en détresse…
Vous pouvez nagez sans crainte avec les rairas. Ils sont certes de bonne taille (jusqu’à 2m) et ont un profile peu avenant mais ils ne vont pas vous chercher de problème, sauf s’il sente un climat de detresse autour d’eux. Les chasseurs sous-marin les connaissent bien et tous ont des histoires de poissons dévorés au bout des flèches. Si bien que lorsque un poisson est tiré la course contre la montre s’engage pour les amener hors de l’eau au plus vite.

Mais ça n’empêche pas Laurent et Heiarii de faire de beaux tableaux de chasse lors des sorties à la passe.

Outre le Rairai, j’ai eu l’occasion de croiser 3 autres espèces de requin

Le pointe noir (Mauri), déjà présenté plus haut

Le pointe blanche (Mamaru), curieux mais également innoffensif

le requin dormeur, également innoffensif que l’on trouve la plus part du temps allongé sur le fond ou dans une brèche.

Le spécimen présent ici été l’heureux possesseur d’une scoliose.

Outre la plongé, 4 mois par ans la ferme possède un spot de surf privé (grâce à l’éloignement). Malheureusement les houles de nord ne sont pas encore arrivées est je n’ai pas eu l’occasion de tester cette vagues… 2010 ne sera définitivement pas l’année du surf pour moi.

Enfin prêt de la passe les paysages sont vraiment magnifique

Voilà un petit aperçus de mon séjour à Ahé. J’ai beaucoup de mal à écrire sur le sujet tellement de chose ont eu lieu. Peut-être un nouvelle article avec quelques vidéos dans les prochains jours.
J’aurai facilement poursuivit quelques jours suplémentaire mais je pars rejoindre les Lapinous à Auckland. De là on s’envolera pour l’île Sud de la Nouvelle Zealland où un van nous attend pour 13 jours de road trip dans les grands espaces.

7 commentaires »

  • mich et ghis a dit:

    Voici je découvre avec un grand plaisir tes débuts à AHE et ton apprentissage de la culture des perles – un rêve – et de bien belles photos comme toujours. Même pas peur de te faire  » bouffer  » par un requin, heureusement dans l’ensemble tu nous fais croire qu’ils sont gentils ! Allez maintenant on attends la suite de ton reportage, nous en redemandons toujours plus !
    Grosses bises.

  • Thierry a dit:

    Bonjour fabulous Fab’
    Tu vas finir grand explorateur !
    Ecrire des livres et voyager encore et encore vers d’autres contrées méconnues vont constituer l’essentiel de ton futur métier.
    Si tu recherche un assistant, je postule.
    NON, c’est moi qui l’ai dit le premier ….

    A bientôt.
    Un Martin rêveur.

  • jos et gér a dit:

    Bonjour Fabien, si le surf ce n’est pas ton année les plongées ne doivent pas te manquer. Cet endroit même avec toutes les perles cela ne m’aurait pas plu. Trop désert, trop de requins trop d’eau… J’aime mieux la terre ferme avec des plages autouret la mer par l’inverse avec très peu de terre.
    Et vite la suite… Insatiable…Gros bisous,

  • Yann a dit:

    Salut le Fabien,
    Je te demanderais bien de prendre quelques perles et de te barrer
    en courant, mais sur une île … loin de tout … c’est pas
    super comme idée.
    Avec mes 4 épaisseurs de vêtements quotidiennes, ça pourrait presque me donner envie de voyager.
    Merci pour la carte … j’avais pas vu les méchants ch’tis poissons
    @+

  • c a dit:

    Bonjour, j aurai aimé avoir les coordonnées de la ferme perlière de Ahé; mail, téléphone… J ai essayé de les contacter par leur site mais je n ai pas de réponse.
    Merci et félicitations pour ce blog!!
    c.

  • LenaJuicy a dit:

    I often visit your site and have noticed that you don’t update it
    often. More frequent updates will give your website higher rank & authority in google.

    I know that writing articles takes a lot of
    time, but you can always help yourself with miftolo’s tools which will shorten the time of creating an article to a few seconds.

  • wtfuck303 a dit:

    Thank you for another informative web site. Where else could I get that kind of info written in such an ideal means?
    I’ve a project that I’m just now running on, and I’ve been at
    the glance out for such information.

Laissez un commentaire

Ajoutez votre commentaire ci-dessous, ou créez un rétrolien depuis votre site. Vous pouvez également souscrire à ces commentaires par RSS.

Merci de vous conformer à la netetiquette.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:D :) :( :eek: :o 8) ;-( :lol: :wink: :evil: :p :idea: :straight: :?: :!: :mad: :arrow: :-S :mrgreen: :oops: :roll: